Mauro_termometro La méthode symptothermique devient bien heureusement de plus en plus connue et reconnue, tant par les femmes que par le corps médical. De très nombreuses femmes décident de ne plus être esclaves des hormones, et comprennent que la possibilité existe de prendre en main leur fertilité, de manière naturelle et en toute sécurité.

Mais en cherchant des informations, elles se trouvent devant un florilège d’écoles et d’approches, dont les différences ne sont pas claires, tant dans les modalités de suivi que, techniquement, dans les règles appliquées pour l’observation et l’interprétation du cycle. La méthode d’observation du cycle avec la combinaison de nombreux symptômes de fertilité porte plusieurs noms : méthode symptothermique, symptothermie, méthode des indices combinés, méthode d’auto-observation, Séréna, Sensiplan, etc…

Et pourtant, comprendre les différences est crucial :
– pour que la femme/le couple choisisse la méthode qui est le plus en accord avec son mode de vie et ses valeurs,
– pour que l’accompagnement proposé soit adapté à son cas,
– mais surtout pour vérifier :
* la fiabilité de la méthode choisie (études à l’appui)
* quelle formation est demandée pour les enseignants de la méthode (tant technique que lié aux aspects pédagogiques, éthiques et psychologiques)
* si les enseignants sont astreints à une formation continue pour se tenir au courant des dernières évolutions dans le domaine.

Cet article a pour but de présenter les spécificités de la méthode symptothermique du Dr Roetzer, tant dans la phase d’apprentissage que dans son application.

 

Chica_hazluz_dossierRoetzer est le médecin autrichien qui a mis au point la méthode symptothermique. C’est cette méthode qui sert de base à toutes les autres, qui y ont apporté des modifications (minimes ou plus conséquentes selon les écoles). Il a créé l’Institut INER en Autriche, qui a été repris par sa fille Elizabeth Roetzer à sa mort.

Pour créer la méthode, Roetzer s’est basé sur le suivi de nombreux cycles de centaines de femmes. Au cours des années, jusqu’à aujourd’hui, la méthode a été affinée par l’observation de centaines de milliers de cycles (600 000 à ce jour), dans les pays germanophones et en Italie. Ceci a permis la mise au point de nombreuses règles pour les femmes dans différentes situations et à différents moments délicats de leur vie fertile :
– jeunes filles
– allaitement
– pré-ménopause
– cycles irréguliers
– travail à horaires décalés ou de nuit
ainsi que de nombreuses situations particulières.

 

L’Institut INER, en formant les enseignants de la méthode symptothermique du Dr Roetzer, se base sur ces milliers de cycles observés depuis plusieurs décennies, et fournit :

– une compréhension solide des bases théoriques et médicales et de leur application pratique

– une formation complète sur les très nombreuses règles de sécurité, donnant la capacité, en autonomie, de reconnaître rapidement et surement les différentes situations particulières ou à risque

– la capacité de savoir adapter les nombreuses règles en fonction de la femme et du couple, afin que l’apprentissage de la méthode soit la plus facile possible sans les surcharger de précautions inutiles, en mettant en évidence les précautions qui sont, au contraire, fondamentales.

 

L’apprentissage de la méthode sur papier offre de nombreux avantagesmoon seat : des abréviations claires sont utilisées, et l’interprétation du graphique se fait de manière fluide. L’interprétation des graphiques se base sur la règle symptothermique fondamentale, développée par Roetzer, qui est extrêmement simple : la période d’infertilité post-ovulatoire commence le soir du troisième jour de températures plus hautes que les six températures précédentes, après le jour sommet.

(Si vous ne connaissez pas la méthode ne vous inquiétez pas : le Suivi “Méthode symptothermique du Dr Roetzer” est là pour vous accompagner pas à pas durant les étapes d’observation, d’enregistrement et d’interprétation du cycle jusqu’à la complète autonomie).

 

Les enseignants de la méthode symptothermique du Dr Roetzer suivent la femme/le couple pendant plusieurs mois jusqu’à 1 an.

Cela permet de :

– mener à la pleine autonomie la femme/le couple avec le maximum de sécurité,

– observer le cycle féminin pendant une année entière : au cours des 4 saisons, de nombreuses situations de vie plus faciles et plus difficiles, de vacances, d’éventuelles maladies, afin d’avoir la plus grande précision possible sur l’application de la méthode, et de sécurité pour la phase pré-ovulatoire.

– donner les différentes règles permettant de déterminer la phase d’infertilité pré-ovulatoire. Ceci ne peut être fait qu’après une année d’observations.

– éviter les erreurs fréquentes d’observation, d’enregistrement ou d’interprétation qui sont souvent commises par les femmes/les couples au début de l’apprentissage. A chaque consultation, les bases sont reprises et l’enseignante vérifie que la méthode soit appliquée selon les normes et sans risques.

– éviter la prise de pilule du lendemain. Malheureusement beaucoup de femmes commençant la symptothermie en autonomie y font recours. Souvent la prise est inutile ou aurait pu être évitée. Si la démarche est gloable et l’accompagnement sérieux, la question ne se pose plus.

– évaluer la santé des cycles de la femme, afin de pouvoir conseiller un soutien naturel ou un approfondissement médical. Ceci est particulièrement important lorsque la femme ne désire pas de grossesse tout de suite mais plus tard, en vue de soutenir sa fertilité et prévenir les éventuels problèmes.

 

En France, l’INER est peu connu par rapport à d’autres écoles, car cet Institut est présent dans les pays germanophones (Allemagne, Autriche et Suisse), en Suisse romande et en Italie.

 

Concrètement, comment j’organise les accompagnements sur la méthode symptothermique du Dr Roetzer ?

J’intègre le suivi sur la méthode symptothermique du Dr Roetzer avec mes connaissances sur le soutien naturel de la santé féminine, intégrant différentes approches en fonction des besoins individuels.

Lors de l’apprentissage de la méthode, l’homme est toujours invité par l’enseignante. La consultation se fait donc en présence de la femme ou du couple, en fonction des RDV, des nécessités et des disponibilités.

– Le premier RDV sert à évaluer la situation de la femme/du couple, de manière à adapter l’accompagnement pour répondre au mieux aux exigences. On couvre les bases théoriques et pratiques pour la compréhension de la méthode, avec les détails pour commencer l’observation du cycle. Le questionnaire initial sert également à prendre connaissance des éventuels troubles gynécologiques afin de donner des conseils ciblés et adaptés pour chaque situation.

– Les différents RDV de suivi pendant cette année d’apprentissage servent à expliquer les règles d’interprétation du cycle, consolider les bases théoriques et pratiques, vérifier les éventuelles problèmes du cycle afin que la femme puisse y apporter une aide naturelle ciblée et approfondir également avec son médecin/sa sage-femme. Chaque phase infertile est confirmée, pour éviter les grossesses non prévues.

– Un suivi par email illimité dure pendant toute l’année d’apprentissage. La femme/le couple est amené à l’autonomie complète avec la méthode.

 

Réservez votre séance diagnostic offerte

Nous vérifierons ensemble si je suis la personne la plus adaptée pour vous accompagner sur votre parcours
(en fonction des places disponibles)

Condividi

Autres articles qui peuvent vous interesser :

vapeurs vaginales

5 bonnes raisons de faire des vapeurs vaginales

symptothermie papier

Méthode symptothermique sur papier : pour une véritable autonomie

symptothermie

Méthode symptothermique : de quoi s’agit-il ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *