woman-1889812_640 Quelles pistes pour un plus grand bien-être et une guérison possible ?

Ces informations ne se substituent en aucun cas à un avis, un diagnostic et à des soins médicaux. Elles ne sont fournies qu’à titre indicatif, à des fins éducatives pour le bien-etre de la personne. En cas de doute concernant votre santé, consultez un médecin.

En cas de douleurs pelviennes et vulvaires, il est clair qu’un diagnostic et un suivi régulier effectué par du personnel médical compétent est indispensable. Il est également fondamental d’exclure les éventuelles causes bactériologiques ou autres pathologies (comme la cystite interstitielle ou l’endométriose) devant être traitées.

Il n’en reste pas moins que les traitements médicaux proposés aujourd’hui pour la vulvodynie ne reposent pas sur des études menées à grande échelle, ni avec des résultats clairs. La recherche médicale a encore beaucoup de chemin à faire dans la compréhension des pathologies vulvaires. Voici ce qui est proposé, souvent :
– traitement à base d’antidépressifs pour calmer le système nerveux et réduire la sensation de douleur
– rééducation pelvienne avec biofeddback interne
– consultation psycho-sexuelle
– en dernier recours : chirurgie vulvaire.

man-2196323_640

Recherche pour m’adresser aux causes et non aux symptomes

Ayant souffert personnellement de vulvodynie, la plupart des méthodes proposées ci-dessus ne me paraissaient pas adaptées à mon cas. Les questions sans réponse étaient nombreuses :

Des anti-dépressifs, calmant la douleur, pouvaient-ils résoudre le problème de fond ? Ne risquaient-ils pas de miner ultérieurement l’équilibre du corps, en particulier intestinal et psychologique (et créant des somnolences), avec des répercussions négatives sur l’inflammation du corps ?

La rééducation pelvienne proposée ne risquait-elle pas de renforcer la sensation d’invasion, et les éventuelles mémoires traumatiques enregistrées par le corps, qui pourraient etre à l’origine du problème ?

Mon parcours de recherche, dans le but de voir cesser la douleur, a donc commencé. Il était clair pour moi que si je ne voyais pas d’améliorations, je devrais suivre les modalités standard, même si le taux d’amélioration des patientes avec ces traitements était très bas et très lent. Les retours de femmes ayant vu des dixaines de médecins spécialisés dans les 10 dernières années et souffrant encore ne présageait pas de solutions faciles…

Mon parcours de guérison en autonomie

man-2013447_640

La première étape a été celle de trouver une sage-femme en accord avec mes valeurs. Elle m’a transmis en quelques séances les exercices de respiration pour détendre consciemment les muscles. Sans palpation invasive, et juste avec la perception de la zone et de tout le corps. Intégrer ces exercices avec la perception subtile développée lors de ma formation en soins énergétiques m’a ouvert la porte à l’univers de l’accès à nos mémoires intimes, du trésor enfoui dans notre bassin, et d’une écoute toujours plus profonde.

La deuxième étape a été celle de noter les symptômes sur ma fiche papier de symptothermie. Cette lecture en relation avec les courbes du cycle menstruel m’a donné de grands éléments de compréhension, tant à un niveau physique que psychologique et émotionnel.

J’ai ensuite travaillé sur l’alimentation : quels étaient les aliments inflammatoires qui faisaient flamber les symptômes, et lesquels étaient « sans risques » ?

La dernière étape s’est faite avec l’aide des traitements abdominaux Arvigo® :

– Les cataplasmes m’ont permis de décongestionner toute la zone du bassin (vous trouvez les instructions détaillées dans le Guide de l’utérus heureux)

Les vapeurs vaginales m’ont permis de détendre ultérieurement les muscles du périnée.

– Et le massage sur le sacrum m’a aidé à dissoudre les adhérences qui bloquaient les nerfs de tout le bassin.

Ce sont les mêmes modalités que je transmets lors des traitements holistiques, du Suivi “Méthode symptothermique du Dr Roetzer” ou lors des cours Self care Arvigo.

Et vous, quelles est votre expérience? Avez-vous trouvé des modalités respectueuses pour soutenir votre corps dans son processus de guérison?

Condividi

Autres articles qui peuvent vous interesser :

vapeurs vaginales

5 bonnes raisons de faire des vapeurs vaginales

formation arvigo

Prochaine formation Self care Arvigo, du 22 au 24 juin 2018 proche de Carcassonne

ombelico

Self care Arvigo – Formation niveau 1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *